Draco Dormiens... Nunquam titillandus

Venez vivre l'aventure Poudlard au temps des Maraudeurs.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 In your eyes there is no hope for tomorrow....

Aller en bas 
AuteurMessage
Luka Van H
7eme Année
avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 18/09/2008

MessageSujet: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Mer 1 Oct - 15:56

7h du mat et j'n'avais pas encore dormi... J'avais passé ma nuit à bosser sur des ecrits... Sur des textes plus noirs que la nuit au dehors. Et au final, j'etais assez fiere du resultat. Je les avais envoyé par corbeau a Alice, j'espere que j'aurais une reponse.

Un soupir.

Aujourd'hui était un jour spécial, j'avais obtenu l'autorisation spéciale d'aller à Pré au lard pour regler quelques affaires.... envoyer un courier spécial, faire des achats... des tas de petits trucs dans le genre.

Douche rapide dans la salle de bain des prefets... Oh oui. C'etait bon de jouir de certains privileges... Puis je m'etais habillée a la va vite avec des vetements moldus ,jean, chemise blanche, la cravatte de Serdaigle mal ajustée et mes converses noires. Je n'avais pas mis ma robe de sorcier, je n'en avais pas besoin. Ma baguette... Je la laissais dans un coin du dortoir à l'abbri... Elle non plus ne m'etait pas necessaire. Aherm...

Qu'importe.

Je sortais donc. Il faisait presque chaud. Le soleil etait naissant dans le ciel translucide.

Un maugreement. Je passais la porte sous le regard inquisiteur et mechant de Rusard.

- J'ai une autorisation vieux grincheux.

Ronchonnades de sa part. Il me laissa passer sans mot dire, et se mit a detaler. Nul doute qu'il courrait voir Alice ou le professeur Dumbledore pour savoir si j'avais effectivement le droit de sortir.

Un soupir.

Je continuais ma route.

Quelques pas. Mouvements rapides... Et j'arrivais dans les rues de la ville. Ah c'etait...

Ca me changeait.

- Allez hop Luk... Direction la Poste t'iras faire tes courses plus tard.

Samedi... Les rues etaient bondées, la poste aussi, et je priais pour ne pas tomber sur un prof. Je n'aurais pas aimé avoir a leur expliquer que oui j'etais une eleve, que oui j'avais le droit d'être ici, et que oui oui oui ils pouvaient demander a Dumbledore.... Et surtout.. Que non, je ne pouvais pas leur dire pourquoi.

Un soupir.

La poste... Elle desservait les trucs moldus comme les trucs sorciers. Je faisais rapidement ce que j'avais a faire. Je posais mes levres sur la fin de la lettre et l'envoyait par la voix express.

Aherm.

A qui ? Pourquoi ? Peu importe.

Je sortais de la poste et restais un moment immobile face à la rue bondée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fitzwilliam D'Arcy
Prof de Divination
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 28/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Mer 1 Oct - 16:38

Week end. Ah, j'allais enfin pouvoir jouir. Jouir de ma liberté, nuances. Je n'ai plus de copies à corriger et prendre l'air me ferait un peu de bien. Je pris un rapide petit déjeuner dans ma solitude enseignante. Je jetai un coup d'oeil à la robe pendue au-dessus de mon lit, avec un sourire sarcastique, enfin autant que l'on peut quand on l'adressait à une chose. Je me levai, lus un livre de la République de Platon et je me débarbouillais, me rasai, me coiffai, et m'habillai.

Enfin, j'allais pouvoir revêtir mes tenues classiques. Un costume impeccable, payé une fortune dans une boutique moldue, mais une vraie misère pour mon compte, qui avait à peine haussé les sourcils, avant de retourner dans sa boîte. Une chemise en soie blanche. Une cravate et un gilet noirs. Je pris un haut-de-forme à la main et descendis dans la cour intérieure. Je ralliai l'orée de la Forêt Interdite et attendis un instant à l'ombre d'un arbre, attentif aux bruits. Je sifflais rapidement entre mes lèvres.

Aussitôt, un bruit de galop tonitruant, un hennissement heureux. Pour une des rares fois, j'éclatais de rire et flattais l'encolure de mon étalon anglais noir balzané. D'où son nom, Balzano. Je lui parlai un moment et il m'écouta, frappant le sol de son sabot d'airain. Je me rendis dans le débarras jouxtant la maison d'Hagrid et tapotai à la fenêtre du demi-géant, lui signifiant ma présence. Je n'avais pas envie qu'il sorte en hurlant à l'envahisseur et effraie Balzano. Il me fit un signe de sa grande main.

Après lui avoir répondu, je toilettais Balzano et le sellai. L'étalon se laissa faire.

- Aujourd'hui, on se promène, mon mignon.

Il inclina sa grande tête et hennit doucement. Avec un sourire, je mis le pied à l'étrier et me hissai sur la selle de cuir. Il se cabra, sur le gaz. Je le calmai et l'éperonnai. Nous sortîmes au trot du château et du domaine. En chantonnant, d'une humeur des plus agréables, je me rendis à Pré au Lard. J'avais besoin d'aller poster un petit colis à destination de l'Allemagne, goûter à la fameuse Bièraubeurre, même si la bière c'était pas mon truc. Il faisait relativement chaud, malgré l'automne menaçant.

Je savais que certains préfets avaient obtenu l'autorisation de sortie et je supposais qu'avec l'heure matinale, je ne croiserais personne de Poudlard... Quoique ce ne soit pas un problème, puisque personne ne suivait mes cours, et personne reconnaîtrait le professeur D'Arcy. Balzano avait adopté un galop léger, ramassé, très noble. Arrivés aux abords de la ville, je le calmai de la voix et nous repassâmes au pas.

Je descendis à terre et l'attachai près de la poste. J'entrai au moment où une jeune élève ressortait. Je faillis la percuter. J'en perdis mon haut de forme. Je me penchai pour le ramasser.

- Eh bien, mademoiselle Van H, bonjour...

Je passai mon paquet enveloppé dans du papiers kraft dans la main droite pour me coiffer correctement.

- On vous surnomme la femme qui tombe à pic, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luka Van H
7eme Année
avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 18/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Mer 1 Oct - 16:51

Devant moi se deroulait une scene des plus incommune. Un homme, costard- haut de forme etait en train de demonter prés de la poste. Un leger coup de vent, il perdit son haut de forme. Le ramassa.

Je trouvais ses vetements, son attitude... assez familiere, sans pour autant savoir d'ou cela me venait.

- Eh bien, mademoiselle Van H, bonjour...

Ah. Effectivement. Le profeseur D'Arcy. Professeur de Divination de son état... Il etait... Assez bon professeur mais peut être un peu trop guindé, ou bien trop philosophe pour moi. Qu'importe. Je lui souris poliment.

- Bonjour professeur.

- On vous surnomme la femme qui tombe à pic, non?

Erm. Je souris a son humour et ne repond rien .Je n'avais pas prevu de croiser quelqu'un aujourd'hui. Encore moins un professeur. Encore moins ce professeur...

Un soupir de ma part. Innapercu.

Une reponse de ma part serait convenante je suppose...

- J'ai enormement de surnoms... Ils couvrent tous la realité.

Ma voix est basse et monocorde, comme si j'etais blasée par les faits, blasée par ma vie elle meme.
Un soupir. A nouveau. Je regarde les allées et venues des gens. Puis fixe mon regard sur son cheval.

- C'est une joli bete que vous avez la.

La conversation est banale, mais que puis je lui dire ? Je n'allais pas commencer à disserter sur la notion d'inconsient Sartrienne, meme si je ne doutais pas qu'il adorerait ca.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fitzwilliam D'Arcy
Prof de Divination
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 28/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Mer 1 Oct - 17:31

(Moi? Guindé? *vexé*)

Elle me reconnut et elle ne parut pas très aise de me voir. Je ne pouvais pas l'en blâmer, qui serait heureux de rencontrer Fitzwilliam D'Arcy dans une rue? Je hochai brièvement la tête. Tout dans son attitude n'était que politesse. J'ai un sourire timide.

- Je dégage une si terrible image? Allons bon !

C'est vrai que depuis des années, je n'avais pas vraiment connu le bonheur. Pour un philosophe, c'était le comble. Mais bon, je l'avais connu et c'était déjà un pas de plus. Je la dévisageai.

- Et puis, nous sommes en dehors de l'Ecole, je suppose qu'on peut se tutoyer. Oubliez le Monsieur D'Arcy pendant une heure, appelez-moi Fitzwilliam.

Je n'avais certainement pas envie de la mettre mal à l'aise. Après tout, j'étais la seule cause de cette rencontre importune. Je touchai le rebord de mon haut de forme et allai me retirer, quand elle fit un compliment sur mon cheval. Je regardai Balzano, avec un petit sourire.

- N'est-ce pas? C'est un étalon que j'ai acheté à l'armée. Il était à deux doigts de partir à l'abattoir, parce que ces incapables n'étaient pas fichus de le monter correctement.

Un soupir.

- Suffit de pas trop appuyer sur le mors et lui mettre autre chose dans la bouche qu'un pessoa, si vous voyez ce que je veux dire.

Un clin d'oeil.

Nous restons un moment dans le silence, tout deux horriblement gênés. Je me raclai la gorge, tentant de trouver l'assurance propre aux D'Arcy du Nord, ceux qui avaient vaillamment combattus l'envahisseur allemand, et ceux qui avaient hérité du titre de Sir par la reine d'Angleterre. God Save the queeeeeeneuh.

- Dites moi, ça ne vous dirait pas de me montrer où l'on peut déguster cette si fameuse bièraubeurre? J'en ai entendu parler de par delà l'Allemagne...

Un sourire incertain. Il ne fallait pas qu'elle le prenne mal...

Luka était une élève... Intéressante. Il était évident qu'elle n'avait pas le Don ancré en elle... Mais elle avait la volonté et l'embryon de talent ne demandait qu'à se développer. Elle avait également un enthousiasme encourageant en Philosophie, moi qui désespérais pouvoir en faire cette année, avec les troisièmes années...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luka Van H
7eme Année
avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 18/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Mer 1 Oct - 18:13

Un sourire s'etira sur mes joues. Il avait l'air... Décu que je ne sois pas naturelle avec lui. Qu'importe, j'etais moi meme et c'etait bien la l'important. Non ?

- Je dégage une si terrible image? Allons bon !

Je lui lancais un sourire alors que mes yeux passaient du noir au gris; J'etais calme. Oui, le cycle des couleurs de mes yeux refletait mes sentiments. Sauf le gris, ma couleur naturelle... Enfin qu'importe n'est ce pas ?

- Je suis desolée monsieur je n'avais pas prevu de croiser quelqu'un de poudlard ici.

Non. A vrai dire j'avais juste prevu de passer ma journée seule à errer dans les rues, à discuter avec moi meme de mon avenir et reflechir à mes sentiments. Un soupir. Ce n'etait pas le sujet maintenant. Je repportais mon attention sur le professeur D'Arcy.

- Et puis, nous sommes en dehors de l'Ecole, je suppose qu'on peut se tutoyer. Oubliez le Monsieur D'Arcy pendant une heure, appelez-moi Fitzwilliam

Un sourire. J'etais a vrai dire rassurée de passer a des manieres moins formelles. Oui... Je n'aimais pas la formalité, les gens guindés. Je n'aimais pas ce qui etait obligatoire et non spontané... Alors je l'appellerais Fitzwilliam, du moins le temps que nous passerions ensemble lui et moi en ces lieux.

- D'accord. Appellez moi Luka... Enfin je ne pense pas que vous vous seriez géné de toute maniere.

Un petit sourire pour lui signifier mon humour. Je ne voulais pas qu'il se vexe, ce n'etait pas vraiment le but. Il avait l'air sympathique sous ses airs renfermés... Et a vrai dire, le connaitre hors cours m'interessait grandement.

Un temps. Il parle de son cheval, je l'ecoute quasi interessée... Je ne connaissais des chevaux que certaines petites choses, mais je n'etais pas une experte en la matiere. Lui. Visiblement si; Et j'avais toujours aimé les gens qui s'y connaissaient dans ce qu'ils racontaient.

Un clin d'oeil de sa part. Puis le silence.

Un petit toussotement. Je ne me sentais pas géné mais ... enfin qu'importe. Il semble tenter de reprendre son assurance. Je reprend la mienne paisiblement.


- Dites moi, ça ne vous dirait pas de me montrer où l'on peut déguster cette si fameuse bièraubeurre? J'en ai entendu parler de par delà l'Allemagne...


A nouveau un sourire. Je regardais les rues de Pré - Au - Lard me demandant si je l'accompagnais ou si je lui indiquais juste le chemin.
Un soupir. J'avais a faire aux trois balais de toute maniere.

- Venez avec moi, je m'y rendais justement. J'ai deux, trois petites choses à faire la bas.

Un sourire.. Ou quelque chose qui y ressemblait, je le fixais de mes yeux changeants. Il semblait pensif, comme si il me jaugeait... Comme si ...
Enfin qu'importe, quoi qu'il puisse penser de moi, j'etais probablement loin de l'etre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fitzwilliam D'Arcy
Prof de Divination
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 28/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Mer 1 Oct - 19:02

- D'accord, mademoiselle Van H.

Un nouveau clin d'oeil. Pour lui montrer que je n'étais pas si sans gène que ça. Un D'Arcy est quelqu'un de très respectueux. D'autant plus un D'Arcy du nord élevé en Allemagne. Ce n'était pas mon genre de tutoyer les élèves et les appeler par leurs prénoms. Surtout une septième année, que je considérai déjà comme une adulte.

Quelque chose changea dans son regard, je l'avais déjà remarqué dans les cours. Probablement un reflet de son humeur. C'était fascinant et j'aimais m'y plonger, parfois, lorsque j'expliquais pourquoi Freud pensait que le rêve était le reflet du désir et non pas des prémonitions. Je glissai entre mes lèvres une longue cigarette fine et l'allumai d'un coup de baguette.

Je tirai une bouffée tranquillement, ce qui appuyait mon air noble. Nous marchons jusqu'à mon cheval qui regardait Luka avec un peu de circonspection et en ronflant. Je passai ma main gantée sur son encolure et il s'apaisa.

- Bien, dites vous que c'est comme un balais.

Et sans plus de prévention, je la soulevai et la hissai sur Balzano. Je pris les rênes dans les mains et marchai à ses côtés.

- Guidez moi, ce sera moins fatiguant pour vous.

Le silence, qui menace.

- Comment appréciez vous les cours de Divination? Sont-ils à la hauteur de vos espérances?

Les gens nous regardent, un peu surpris. Un gentleman comme ça, il n'en existait plus que très peu dans le monde. A cette époque de Guerre Froide, on ne parlait pas vraiment de la galanterie, mais plutôt du profit personnel ou du profit de l'état, opposant capitalisme à communisme. Je n'étais guère engagé dans cette lutte qui ne me concernait pas. Je n'avais pas que ça à faire à vrai dire.

Nous passons devant des tripots, des bars, à chaque fois, je le désignais avec un air interrogateur.

Je me demandais si je pouvais envoyer mon paquet à partir des vieilles chouettes de Poudlard. Non, trop lourd pour elles... Bah, ça me permettrait de tranquillement rajouter un mot à l'intention de Toscane.

Je terminai ma cigarette et fis disparaître le mégot d'un coup de baguette.

Et enfin nous arrivâmes devant le bar à biéraubeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luka Van H
7eme Année
avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 18/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Mer 1 Oct - 19:38

- D'accord, mademoiselle Van H.

Un sourire. Nous faisons quelques pas , et alors que je m'apprete a lui dire qu'il serait mieux de laisser son cheval ici, pour plus de facilité, il s'en approche et l'attrape, allumant une cigarette du bout de sa baguette.

Ah... J'esquissais un sourire nottant cette information pour plus tard.

- Bien, dites vous que c'est comme un balais.

Au debut, je ne comprend pas trop puis je me sens soulever. Non. Non. Non. Non. Mais ca va pas. Je ne suis pas femme a me laisser faire. Cependant je ne disais rien, calant mes pieds des bons cotés du cheval. Quoi? Non. J'en avais deja fais dans mon enfance, et puis... Elle... Elle m'avait emmené en faire quand nous etions parties en Grece.
Le souvenir etait encore la. Meme si les mois passaient... Depuis que je savais.

Un soupir.

Ce n'etait pas le moment. Et il y'aurait d'autres ocasions.

Rennes dans les mains il avait decidé de me guider. Mes yeux passerent au noir profond.Aherm. Pas un mot Luka. Pas un mot.

- Ne vous inquietez pas Sir, je sais en faire.

En realité, je n'avais qu'une envie. Descendre. Ce n'etait pas mon genre d'etre guidée comme ca , par un homme... Aussi gentleman soit il. Un soupir. Nous arrivions dans des rues bondées et nous etions le centre des dialogues. Merde. Ca ne me plaisait pas.

Pas un mot. Je sautais du cheval.

- Desolée Professeur, mais je prefere avoir les pieds sur terre.

Un sourire. Nous continuames à marcher.

- Comment appréciez vous les cours de Divination? Sont-ils à la hauteur de vos espérances?

Un temps. Il devait avoir sorti ca pour briser le silence qui menacait. Je pensais, pesais mes reactions avant d'ouvrir la bouche. Oui. Ce que je pouvais dire avait de fortes chance d'influencer sa vision des choses.

Qu'importe aprés tout. Je suis Luka Van H.

Et ... J'assume.

- A vrai dire, je dois vous avouer que je considerais plutot la divination comme une branche douteuse de la magie. Or j'ai choisi d'assister aux cours pour passer tous mes aspics. Sauf bien sur ceux d'Arithmancie et j'hesite encore à m'inscrire officiellement en botanique... Enfin, toujours est il, que je trouve que votre maniere d'enseigner differe des mannieres des professeurs que nous avons eu par le passé... Ce que je cherche à vous dire en gros c'estque je n'avais pas d'esperances en la matiere, si ce n'etait ne pas m'endormir, et on doit dire que donc, j'apprecie assez.

Un soupir.

C'etait vrai. Je n'aimais pas la divination, et d'ailleurs, ma magie ne l'aimait pas non plus. Mes pouvoirs pour une fois ne m'etaient pas utile, ce n'etait qu'une histoire , qu'une question de hasard.

Et je ne laissais rien au hasard.

Cependant j'aimais ses digressions philosophiques etaient en elles meme un rien plus interessantes.

Quelques pas encore, nous arrivions aux Trois balais. Je poussais la porte et attendais qu'il rentre. Un hochement de tete pour la tenanciere du bar et je montrais une table dans un angle et m'y installais. J'etais une habituée, ou du moins ce qui y ressemblait , je venais souvent ici lors de mes errances... Et de mes errances nocturnes egallement mais ca personne ne devait le savoir...

Une serveuse s'approcha de nous et me fit un sourire. " Ce sera quoi aujourd'hui demoiselle ? "

Lui rendant son sourire, je lui repondais d'une voix douce.

- 2 Bierraubeure s'il te plait .

Je la regardais distraitement s'eloigner et reportais mon attention sur D'Arcy.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fitzwilliam D'Arcy
Prof de Divination
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 28/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Mer 1 Oct - 20:50

Elle descendit de Balzano qui fit un écart, pas habitué à ce qu'on saute d'une façon aussi désobligeante de son dos. Il coucha les oreilles et tendit les dents pour mordre Luka. Je sifflai. Il leva la tête. Son attitude me déplut certes, mais elle ne m'étonna pas. Je n'en tiens pas rigueur, même si mon expression se durcit. Je murmurai quelques mots à Balzano et le cheval ronfla, vexé.

Luka n'appréciait donc pas plus que ça la divination. Tristement, je sentis mes épaules s'affaisser. Personne n'aimait donc ces enseignements... Personnes ne les prenaient au sérieux du moins. Mais elle ne pouvait pas savoir, pauvre petite jeune qu'elle était, que le pouvoir de transcender le réel était on ne peut plus important de nos jours... Elle ne pouvait pas savoir ce que cette science signifiait pour moi. Moi qui me raccrochais à cette magie pour tenter d'oublier...

- En fait, je suis remplaçant de défense contre les Forces du Mal. A priori, vous êtes tous à la botte d'Øyvind, à l'aduler comme un Dieu, parce que monsieur sait faire des étincelles avec une baguette et raconte à tout le monde qu'il s'est fait agressé par un type. Quoi de plus banal ? Mais que penser d'un type dont la famille a été massacrée ? Un pauvre type qui enseigne une science dont tout le monde se fiche et qui semble tout à fait négligeable ?

Pour une fois, j'étais hors de moi. Mes poings étaient serrées sur les rênes de cuir et Balzano avait les oreilles couchées comme pour compatir avec ma colère.

- Et moi aussi, je sais faire des étincelles.

Je sortis ma baguette et fis trois moulinets ridicules. Un gerbe d'étincelles rouge en jaillit.

- Et même sans aucun style.

Je rempochai la baguette.

- Comme quoi n'importe qui peut le faire.

Puis je restais silencieux, légèrement énervé. J'avais l'impression que je tentais de monter un élève contre un professeur. Ce qui n'était pas le cas. J'inspirai profondément.

- Entendez moi bien, Luka. Je ne suis pas en train d'essayer de vous faire perdre l'estime que vous pouvez avoir pour ce cours que j'imagine passionnant. Mais je vous demande de réfléchir sur justement, celle que vous portez à la divination. Car la divination était avant la magie, avant même la philosophie, si nous prenons ceci comme l'étude des signes de la Nature pour en donner une interprétation. Parce que dans quelques années, la divination sera amenée à disparaître, puisque personne ne voudra faire l'effort de l'apprendre. Et, croyez moi mademoiselle, moi qui suis professeur de philosophie avant tout, je vous assure que ce sera une grande perte pour l'humanité.

Nouveau silence. Mon regard lançait des éclairs, j'avais la main crispée sur ma baguette et Balzano était aussi stressé que moi.

Nous arrivâmes devant un établissement nommé Les Trois Balais. J'attachais Balzano à un anneau de métal rouillé et desserrai la sangle. Je le caressai un instant et rentrai. Nous nous assîmes dans un coin. Je restai silencieux, mâchoires serrées, expression froide.

Luka commanda deux bierraubeurre. Apparemment, elle était connue ici. Grand bien lui fasse, j'avais encore l'impression de me retrouver seul(e?) contre toute la race humaine.

Je baissai les yeux, dépité. Comment puiser la volonté d'enseigner dans un monde tel que celui ci?

Les boissons arrivèrent. Je trempais mes lèvres dans la corne et bus, l'air absent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luka Van H
7eme Année
avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 18/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Mer 1 Oct - 21:24

Un soupir.
Le cheval avait essayé de me mordre,mais je ne m'en formalisais pas. A part mon corbeau et les biches je n'etais pas des masses a l'aise avec les animaux.

Fitzwilliam lui, avait l'air vexé que je n'aime pas sa matiere outre mesure.

- En fait, je suis remplaçant de défense contre les Forces du Mal. A priori, vous êtes tous à la botte d'Øyvind, à l'aduler comme un Dieu, parce que monsieur sait faire des étincelles avec une baguette et raconte à tout le monde qu'il s'est fait agressé par un type. Quoi de plus banal ? Mais que penser d'un type dont la famille a été massacrée ? Un pauvre type qui enseigne une science dont tout le monde se fiche et qui semble tout à fait négligeable ?


Mes yeux virerent au rouge sang alors que je stoppais en plein milieu de la rue pour le regarder.

- Excusez moi , mais avec tout le respect que je vous dois. Nous ne sommes, et JE NE SUIS PAS a la botte de Faust. Je n'adule, et n'adulerais jamais personne. Sauf peut être le professeur Hudson, mais ceci sur un plan personnel.

Un soupir. Il fallait pas tout de meme pousser meme dans les orties, ou les grecs en Egypte. Merde quoi. Il etait jalou de Faust et il avait le droit. Mais Moi. Jamais je n'adulerais quelqu'un, et je ne tolerais pas qu'on me considere comme un mouton.

- Je ne suis pas un mouton Monsieur D'Arcy. Je vous remercie cependant de me comparer à ce noble peuple de ruminants.

Un fremissement de machoire, mes yeux qui passent au vermeil du sang. Notifiant ma colere et mon incomprehension. Non mais serieusement il croyait quoi ? Que j'etais du genre a lecher le cul d'un prof ? Non merci. Trés peu pour moi.

- Il se trouve juste que le professeur Øyvind est quelqu'un de sympathique, qui s'y connait dans sa matiere. Et probablement ,comme tous les gens qui s'y connaissent en quelque chose, uniquement dans sa matiere. Toujours est il que ... Je suis desolée pour vous, pour votre vie, votre famille. Et je pense sincerement que par les temps qui courent ceux qui peuvent toujours pretendre à avoir une vrai famille, une famille entiere, se comptent sur les doigts d'une main Monsieur.

Un soupir à nouveau. Je laissais mon esprit vagabonder sur mon passé... Sur mes 15 années au manoir des Van Hayden... Sur ce que mere et pere faisaient. Sur mes 15 ans, ma fuite en avant... Sur ma rencontre avec Elle... Sur...
Qu'importe. Je ne pouvais pas , je ne pouvais plus me permettre d'etre sentimentale...
Encore moins maintenant que je savais que je ne pouvais pas flancher. Que je n'avais pas le droit a l'erreur... Que...

Aherm.

- Quand aux etincelles monsieur.

Un sourire etrange se glissa sur mon visage.

- Moi aussi je sais en faire, et contrairement a Faust et vous meme, je n'ai pas besoin de ce vulgaire bout de bois.

Un mouvement de la main, je creais un boule rose qui partait en mille eclats.

- Lumiere brute. Enfin qu'importe n'est ce pas ? Et puis... Pas n'importe qui peut faire les memes que moi.

Il avait dit que n'importe qui pouvait en faire. Je venais de lui demontrer qu'il y'avait des facon plus ou moins classe. Je lui lancais un clin d'oeil.

Un soupir. Il sembla prendre un moment de reflexion, puis se remit a parler.

- Entendez moi bien, Luka. Je ne suis pas en train d'essayer de vous faire perdre l'estime que vous pouvez avoir pour ce cours que j'imagine passionnant. Mais je vous demande de réfléchir sur justement, celle que vous portez à la divination. Car la divination était avant la magie, avant même la philosophie, si nous prenons ceci comme l'étude des signes de la Nature pour en donner une interprétation. Parce que dans quelques années, la divination sera amenée à disparaître, puisque personne ne voudra faire l'effort de l'apprendre. Et, croyez moi mademoiselle, moi qui suis professeur de philosophie avant tout, je vous assure que ce sera une grande perte pour l'humanité.


Je le fixais desormais droit dans les yeux. Et je savais que les changements d'humeur que je connaissais se repercutaient... Ca ne devait pas être plaisant. Je clignais des yeux et detournais la tete.

Ma magie etait ancienne. Et elle etait la base de la divination. Mais... ca. Il ne le saurait jamais.

- Malheureusement monsieur. Ici à Poudlard nous ne pratiquons pas les augures et les auspices. Le cas echeants je pourrais me montrer incolable. . Si je n'aime pas la divination, c'est que j' y suis hermetique monsieur. Je ne predis pas l'avenir et je n'ai aucune intention de le faire. Pour moi... L'avenir est encore à ecrire. Le voir signifie le tracer et je ne peux le comprendre. En revanche j'ai enormement de respect pour les gens qui ont le Don. Vous savez les gens qui ont des flash de ce qui est , fut ou sera... Mais ce n'est pas le cas de beaucoup de monde.

Un soupir à nouveau. J'avais conscience de beaucoup parler. Nous passame la porte des trois balais.

Une fois installes la conversation reprit.
Lui. Il semblait a l'eccart dans ce monde en marche.

- Voyons Monsieur si je peux me permettre, ne restez pas à l'eccart. Prennez part au monde qui vit. Allez vers les gens, n'attendez pas qu'ils viennent vers vous.

Un soupir. Un sourire triste; Je me perdis dans mon verre.

- Enfin ce que j'en dis moi monsieur. Ce n'est qu'un conseil.

Je regardais les bierraubeure.

- Buvez pendant que c'est chaud. En voila un autre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fitzwilliam D'Arcy
Prof de Divination
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 28/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Mer 1 Oct - 23:19

Fitzwilliam afficha un sourire froid, quand la jeune femme s'insurgea.

- Je vous explique rapidement une notion que vous devez déjà posséder, mademoiselle. Prenons l'exemple de cet homme. Il vous fascine, il vous influence. Il exerce donc un pouvoir sur vous, que vous le vouliez ou non. C'est un peu le principe des images subliminales. Il vous montre le pouvoir et l'éloigne de votre portée. Cela équivaut à vous faire croire que ce pouvoir, il le détient. Vous le craignez, vous l'admirez, vous vous en méfiez et surtout, vous le désirez. Car qu'est-ce que désire primitivement un homme? Le pouvoir, plus de pouvoir, comme le disait Nietzsche dans l'Antéchrist. Mais posons nous ensemble la question suivante : est-ce que quelqu'un qui est altruiste ou qui détient le savoir ira le crier sous tous les toits? Non, quelqu'un qui s'applique à faire le bien ne le dit pas, et est juste heureux de voir le bien fait.

Un silence. Elle ne semble pas heureuse d'être comparée à un mouton. Ah, la fougue de la jeunesse, pensai-je, avec un sourire un peu ironique.

- Les moutons ont leur utilité. Pensez au monde s'il n'avait pas de moutons. Il y aurait une faille dans l'Evolution et l'homme ne serait pas homme. Cessez donc vos a priori et vos coups d'éclats. Apprenez à considérer le Monde comme un tout. Un tout qui n'existerait pas si un des maillons de la chaîne est absent. Vous voyez ce que je veux dire?

Elle me montre alors son pouvoir. De nouveau un sourire en coin.

- Même théorie que tout à l'heure, mademoiselle Van H.

Elle est... désolée pour ma famille et moi... Mon sourire se mue en une grimace de douleur et je portai ma main à ma poitrine, la crispant sur mon coeur.

- Vous...

Je ne dis rien de plus et détournai le regard, un instant subjugué.

Un soir d'hiver, 6 ans auparavant, Berlin.


- Qu'est-ce qui s'est passé?
- Herr Darrel, s'il vous plait... Vous ne pouvez pas passer.

- Alexiiiiiiiiiiaannneeeee !

La porte qui se pousse....


Je fis un blocage mental. Mes pupilles virèrent blanches et je trébuchai, fournissant un immense effort pour ne pas tomber. Je reviens à la réalité, du moins à Ma réalité. Je m'accrochai à la bride de Balzano.

Puis, je levai la main pour signifier que tout allait bien à Luka. D'une main tremblante, j'allumai une autre cigarette, dont je tirais des bouffées plus rapidement. J'avais réussi à limiter le temps de la vision. Mais déjà mes jambes n'étaient plus si alertes et je perdais ma belle assurance.

- Malheureusement monsieur. Ici à Poudlard nous ne pratiquons pas les augures et les auspices. Le cas echeants je pourrais me montrer incolable. . Si je n'aime pas la divination, c'est que j' y suis hermetique monsieur. Je ne predis pas l'avenir et je n'ai aucune intention de le faire. Pour moi... L'avenir est encore à ecrire. Le voir signifie le tracer et je ne peux le comprendre. En revanche j'ai enormement de respect pour les gens qui ont le Don. Vous savez les gens qui ont des flash de ce qui est , fut ou sera... Mais ce n'est pas le cas de beaucoup de monde.

J'eus un petit sourire crispé, puisant au fond de mes réserves.

- On dirait que vous considérez la divination comme une discipline de diseuse de bonne aventure. Or ce n'est pas le cas. Regardez, je ne prétend pas connaître l'avenir, sinon je ne serais pas à vos côtés à cet instant. Et pourtant je suis professeur de divination...

Elle évoquait le don.

- Le Don... J'aurais plutôt appelé ça une malédiction...

C'est à cause de ce don qu'ils étaient morts... Que père était mort... Que mère n'avait même pas pu me donner un nom... A cause de ça... Je serrai les poings.

Nous entrons donc. Je m'assied et Luka commence à me faire une petite leçon sur l'ouverture des gens. Je lève les yeux.

- A priori, je ne fais pas partie des gens comme vous l'entendez. Me mêler à la foule n'est pas forcément une bonne idée dans mon cas...

Je retombai dans le silence, me réchauffant les mains autour de la corne. J'avais oublié la solitude que je pouvais ressentir, une fois que je n'avais plus en tête les cours, une fois que je représentais plus rien pour personne. Où je n'étais plus qu'un bien piètre humain. Un type qui n'a eu de cesse de souffrir. Il naquit dans la douleur, il vit dans la douleur et mourra avec la douleur. Car tel est son destin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luka Van H
7eme Année
avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 18/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Sam 4 Oct - 0:03

Un sourire froid de sa part. Tiens Tiens... Point sensible ?
Je l'ecoutais sagement.

- Je vous explique rapidement une notion que vous devez déjà posséder, mademoiselle. Prenons l'exemple de cet homme. Il vous fascine, il vous influence. Il exerce donc un pouvoir sur vous, que vous le vouliez ou non. C'est un peu le principe des images subliminales. Il vous montre le pouvoir et l'éloigne de votre portée. Cela équivaut à vous faire croire que ce pouvoir, il le détient. Vous le craignez, vous l'admirez, vous vous en méfiez et surtout, vous le désirez. Car qu'est-ce que désire primitivement un homme? Le pouvoir, plus de pouvoir, comme le disait Nietzsche dans l'Antéchrist. Mais posons nous ensemble la question suivante : est-ce que quelqu'un qui est altruiste ou qui détient le savoir ira le crier sous tous les toits? Non, quelqu'un qui s'applique à faire le bien ne le dit pas, et est juste heureux de voir le bien fait.


Je partais dans une sorte de fou rire.

- Je sais ce que c'est qu'une image subliminale.

Un soupir. Mon ton etait egalement froid.

- Et juste pour information, monsieur. Je ne suis ni fascinée ni influencée par lui. Je suis fascinée par des mythes et des enormes bouquins. Je suis influencée par mes sentiments et mes idéaux. Pas par un homme. Pas par cette homme. Et je suis... Bien loin de le desirer. Lui. Ou son quelconque pouvoir. Alors si vous etes jaloux de lui, ce n'est pas moi qu'il faudra monter contre lui.

Un triste sourire etira mon visage. Non vraiment. Je ne voulais pas le blesser ce pauvre Fitziwilliam...

Qu'importe. Il ne fallait pas me chercher. Ni titiller certains points sensibles... Monsieur philosophait mais il n'etait probablement pas plus intelligent que moi.

Un soupir. Il parle des moutons, leur trouve une utilité. Si il savait. Ce ne sont pas les moutons qui deplacent les montagnes... Si ils n'ont pas de guide ils s'effondrent... Ce sont les electrons libre qui changent les choses... Les heros solitaires. Les ames damnées bien souvent.

Il evoque sa famille et semble faire une attaque. Ses pupilles changent de couleur... Blanchissent. Et avant que je ne bouge il se rattrape a son cheval.

- Vous allez bien ?

Visiblement oui. Il ne parle pas trop. Mais un signe de la main me rassure.

La conversation continue.

- On dirait que vous considérez la divination comme une discipline de diseuse de bonne aventure. Or ce n'est pas le cas. Regardez, je ne prétend pas connaître l'avenir, sinon je ne serais pas à vos côtés à cet instant. Et pourtant je suis professeur de divination...

- Je n'ai pas dis que la divination etait une escroquerie. Je vous ais juste expliqué pourquoi je ne m'y interessais pas.

Un soupir. Il ne semble pas apprecier son don. Etonnant... Ou pas.

Aprés tout, je n'ai pas a me meler de sa vie.

Nous rentrons.

Petite pique sur son caractere renfermé.

- A priori, je ne fais pas partie des gens comme vous l'entendez. Me mêler à la foule n'est pas forcément une bonne idée dans mon cas...


Un soupir.

- Je vois. Mais peut être que si vous arrietez de vous mettre a l'eccart, de vous sentir ... different, et je ne dis pas superieur... Vous seriez un rien plus heureux monsieur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fitzwilliam D'Arcy
Prof de Divination
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 28/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Sam 4 Oct - 23:13

Je hochai la tête. Elle pensait que je la montais contre lui. Elle avait encore tout faux. Elle n'écoutait donc rien? Je soupirai. Ce n'était pas important, je n'avais pas à espérer qu'une élève soit ma confidente. Pour ça, je pouvais parler au portrait de mon ancêtre, Abraham D'Arcy et les miens, que j'avais découverts en restant très tard dans la salle des profs, dans l'expectative d'un appel de Toscane. Néanmoins quand j'eus ma crise, elle amorça un mouvement vers moi. Tout allait bien. Il ne fallait juste pas me chercher sur quelques uns de mes souvenirs les plus intimes. Malgré le fait que la découverte de mon Don remontait à une bonne décennie auparavant, je n'étais pas encore habitué aux différents degrés de sa violence et de ses répercussions sur moi. Mais ce n'était pas encore la pire vision que j'avais eu.

Essaie de passer à autre chose, ne pense plus...

Plus facile à penser qu'à faire, vous me direz.. Je regardai le cheval, Balzano, qui était aussi paniqué que moi. Il me mordilla doucement l'épaule, je caressai ses naseaux.

Au Trois Balais, je restais pensif.

- Je vois. Mais peut être que si vous arrêtiez de vous mettre a l'écart, de vous sentir ... différent, et je ne dis pas supérieur... Vous seriez un rien plus heureux monsieur.

Je ne répondis rien de prime abord.

- Vous savez, Luka... Quand on n'a plus vraiment de raison de se lever, quand on a perdu tout espoir et que nous vivons dans une quête ultime au bout de laquelle on n'envisage pas de lendemain... On ne recherche pas vraiment le bonheur. Le mien a été sacrifié avant-même ma naissance.

J'allume une cigarette, inspire la première bouffée. Elle me brûle la cornée. Je soupire.

- Vous voyez, je ne fais pas partie de l'Humanité. Je ne suis pas à la poursuite du Bonheur.

Je la regarde. En effet, peut-être que cette résignation dans ma vengeance et la mission qu'on m'a assigné avant même que je ne vienne au monde, m'ont ôté tout ce qui me restait d'humanité. La plus belle période de ma vie était sans doute celle, innocente, de mon enfance en Angleterre, ma bourse à Eaton, peut-être une petite période après la révélation, en Allemagne, Alexiane...

- En tout cas... Profitez de la vie tant que vous l'avez encore, mademoiselle Van H.

Je levai ma choppine et avalais la bierraubeure d'une traite. Je posais quelques mornilles sur la table.

- Vous en voulez une autre?

Question posée dans le vide. De nouveau, j'étais parti en Allemagne.

Je me forçais à oublier et à revenir sur Terre. J'eus un frisson. Ma main tremblait. Je levai la gauche, plus assurée, et demandai une autre boisson pour moi, attendant un réponse de la part de Luka.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luka Van H
7eme Année
avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 18/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Sam 4 Oct - 23:49

Le professeur D'Arcy semblait pensif... Il semblait aussi ailleurs. Ma phrase avait eu l'air de le laisser silencieux.

- Vous savez, Luka... Quand on n'a plus vraiment de raison de se lever, quand on a perdu tout espoir et que nous vivons dans une quête ultime au bout de laquelle on n'envisage pas de lendemain... On ne recherche pas vraiment le bonheur. Le mien a été sacrifié avant-même ma naissance.

Deesse. Je le comprennais. Je ne le comprennais que trop bien au final. Le mien aussi avait été sacrifié... Par mes parents, par mes racines, par mes ancetres... Par cette vie que l'on m'obligeait a mener.

Un soupir.

Il s'alluma une cigarette, et attrapant les Lucky Strike qui n'avaient pas quittés ma poche depuis cet été... Depuis que je les avais volé à Alice. Aherm. Ca je n'etais pas sensé le dire.

J'en glissais une a mes levres et l'allumais d'un mouvement de la main. C'etait pratique ca... Qu'importe, je n'allais pas deblaterer sur mes pouvoirs. J'etais une bombe sur pattes et ca...

- Vous voyez, je ne fais pas partie de l'Humanité. Je ne suis pas à la poursuite du Bonheur.

Un soupir. J'exhalais lentement et ne lui repondait pas desuite. Je ne savais pas quoi lui dire... Il me semblait si... Enfin qu'importe n'est ce pas ?

- En tout cas... Profitez de la vie tant que vous l'avez encore, mademoiselle Van H.

Aye.

Mes yeux devinrent bleu translucide. De la couleur des larmes qui auraient du couler.

- Je n'ai pas de vie.

C'etait une affirmation. C'etait... La verité. J'avais été condamnée a proteger ce qui ne peut l'etre. J'avais été condamnée à rester droite sans trop l'être. A faire le bien sans le faire et suivre le mal sans y ceder...
J'etais une abomination. Ou du moins j'avais... Tellement de haine d'être moi meme.

D'etre ca.

Je soupirais... Et vidais ma bierraubeure.
Il faisait de meme simultanement.

- Vous en voulez une autre?

- Sic'est moi qui paye uniquement.

Il semblait hagard. Ailleurs. Et je m'efforcais de le recuperer. Un soupir.

- Monsieur ?

Je n'osais tout de meme pas... Quoi que...

- Qu'est ce qui vous retient ailleurs ? Dans votre esprit ?

Un soupir. C'etait de moi ca. J'avais probablement mis les pieds dans le plat. Qu'importe. Il fallait bien qu'il parle a quelqu'un ... Et puisque visiblement j'etais la. Autant que ce soit a moi.

Je souris a la serveuse et lui commandais deux nouvelles bierraubeurres... Aherm. Trés charmante. Mais ce n'etais pas le sujet.

Je lancais quelques mornilles quand elle nous les apporta.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fitzwilliam D'Arcy
Prof de Divination
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 28/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Dim 5 Oct - 1:48

Je baissai les yeux. Nous n'étions pas si différent finalement. Enfin, de ce que je pouvais percevoir. Elle me demanda ce qui me retenait si loin de la réalité. Un soupir.

Je croisais les jambes et chassais la fumée de mes poumons, l'air préoccupé.

Je baissai la voix et me penchai un peu vers Luka.

- Connaissez vous l'histoire des D'Arcy, mademoiselle?

Elle ne la connaissait probablement pas. Tout avait été bien maquillé. Leur exécution planifiée tellement de temps en avance... Comme si l'Histoire même avait été construite de manière à annoncer les évènements présents. Peut-être valait-il mieux la protéger... De ce qu'il pourrait lui arriver si jamais je lui en disais trop. Je réfléchis à ce que j'allais dire. Je resterai donc vague. Et lui dirais la véritable source de mon mal.

- Nous avons été... pour diverses raisons, exterminés. Je suis le dernier survivant de cette lignée en Angleterre. Et disons que pour cela, j'ai un rôle à jouer, dans cette société. Je n'avais donc pas de libertés, puisque je suis enchaîné à ce rôle depuis toujours, même si je ne l'avais pas soupçonné, orphelin de naissance. J'ai été obligé de suivre un enseignement sorcier en Allemagne, où j'ai rencontré Alexiane, ma future femme. J'avais 20 ans. Elle est morte un an plus tard. Je sème la mort où que j'ailles. Depuis, je cherche à accomplir ma destinée et surtout à venger cet assassinat minable. C'est bas, certes, mais impardonnable, vous voyez ce que je veux dire?

Je marquai une pause avant de reprendre.

- Je n'ai plus d'autres ambitions que de rattraper les enfants de salaud qui ont ôté à ma fille une mère. Tout ça à cause de moi. A cause de ce destin que je n'ai finalement pas choisi.

Ma gorge se serre. Une boule oppresse ma poitrine.

Je prend une inspiration avant de me lancer.

- C'est pour ça que je ne me mêle plus à la civilisation. Pour éviter une catastrophe digne d'un conflit mondial. Je sais qu'à Poudlard c'est différent. C'est pour ça que j'ai choisi d'enseigner. Parce que ça me donne le temps dont j'ai besoin pour traquer les assassins. Et je sais que c'est... une quête d'absolu. Donc en fait, vous avez raison de ne pas vous attacher à la divination, parce que le prof risque de disparaître rapidement.

J'esquisse un petit sourire ironique. Les boissons arrivent.

- Mais j'aurais quand même aimé voir ma fille grandir... Et la protéger correctement. Comme un père. Car en plus de représenter un danger pour l'humanité, je suis aussi en train de passer à côté de la phase de ma vie la plus précieuse.

Je passai une main devant mes yeux.

- En gros, je suis un mec raté de naissance, qui se rattrape par la philosophie et qui finalement sera plus éphémère que les autres. Le pire c'est qu'il le sait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luka Van H
7eme Année
avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 18/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Dim 5 Oct - 2:46

- Connaissez vous l'histoire des D'Arcy, mademoiselle?

Un hochement de tete. Un soupir.

- Non.

Un soupir. Je l'ecoute me parler de liu. de sa famille...

- Nous avons été... pour diverses raisons, exterminés. Je suis le dernier survivant de cette lignée en Angleterre. Et disons que pour cela, j'ai un rôle à jouer, dans cette société. Je n'avais donc pas de libertés, puisque je suis enchaîné à ce rôle depuis toujours, même si je ne l'avais pas soupçonné, orphelin de naissance. J'ai été obligé de suivre un enseignement sorcier en Allemagne, où j'ai rencontré Alexiane, ma future femme. J'avais 20 ans. Elle est morte un an plus tard. Je sème la mort où que j'ailles. Depuis, je cherche à accomplir ma destinée et surtout à venger cet assassinat minable. C'est bas, certes, mais impardonnable, vous voyez ce que je veux dire?


Un soupir. Mon regard se fait compatissant.

- Je vois monsieur.

Je tente de lui envoyer quelques ondes de bonheur... Mais je ne connais pas ca... Je ne suis pas trés douée.

Un soupir a nouveau.

- La vengeance n'est pas souvent la meilleure des solutions.

Je lui souris. Et les dieux savent que je parlais en connaissance de cause... J'avais vu ... Je...

Le sang qui coule. Des cris. Le regard d'une mere. Les yeux d'un enfant qu'on maltraite... Les lances acerés... Les soldats. Les cris encore... La pluie et le sang qui s'y mele...

Je frissone.

- Vous devriez elever votre fille. Elle a besoin de son pere. Les enfants ne devraient jamais être privés des parents qu'ils leur restent.

Mes yeux me piquent un instant. Je les sens changer de couleur plus vite que de raison. Aherm. Gris . Gris . Gris. Ouf. C'est bon.

Un soupir.

- En gros, je suis un mec raté de naissance, qui se rattrape par la philosophie et qui finalement sera plus éphémère que les autres. Le pire c'est qu'il le sait.


Decidement... J'allais avoir pitié de lui si il continuait comme ca...

- Vous etes toujours en droit de changer votre destin; Vous... Vous n'etes pas predestiné a agir d'une certaine maniere... Vous avez encore cette chance.

Un soupir.

Je portais mon attention sur mon verre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fitzwilliam D'Arcy
Prof de Divination
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 28/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Dim 5 Oct - 14:06

- Vous devriez elever votre fille. Elle a besoin de son pere. Les enfants ne devraient jamais être privés des parents qu'ils leur restent.

Je baissai les yeux et méditai sa phrase. Je pensai à la petite fille sur le portrait animé, toujours contre mon coeur. Elle avait à cette époque trois ans, et elle babillait dans mes bras. En général, mon image se poussait de mon point de vue, pour que je profite de ma petite fille. Mais il arrivait que je surprennes un Fitzwilliam D'Arcy plus jeune qui s'amusait avec Toscane, lui chatouillant les côtes. J'imaginais parfois leur éclat de rire à l'unisson, dans cette période oubliée pourtant pas si éloignée... Je détournai le regard de Luka, tandis qu'une larme se cristallisait au coin de mon oeil.

Elle avait raison. Même si elle était en sécurité relative dans la Forêt noir, en compagnie de ses instructeurs, elle serait sans doute plus heureuse avec moi, au château... Je passais une main dans mes cheveux.

- Vous avez raison... Il faudrait que j'en parle au professeur Dumbledore...

Je soupirai.

- Vous etes toujours en droit de changer votre destin; Vous... Vous n'etes pas predestiné a agir d'une certaine maniere... Vous avez encore cette chance.

Je la regardai, droit dans les yeux. Un petit sourire triste étira mes lèvres.

- Si je change mon destin, je risque de mettre énormément de personnes en danger. Et ce n'est pas mon but. Il y a parfois tellement gros sur le tapis pour qu'on se résigne à servir ce destin... Même si je le regrette. Autant avant, cela ne me dérangeait de mourir pour une cause que j'imagine juste. J'étais jeune et déterminé. Mais je n'avais pas découvert ce qu'était vraiment la vie. J'avais l'impression d'être humain. Ce n'était qu'une impression. Je suis en né trois fois. C'est quand même extraordinaire.

Je souris.

- Une fois entre les hanches de ma mère moribonde, puis une fois l'orbe brisé et enfin le jour de ma rencontre avec Alexiane.

Un bref hochement de tête, et mon sourire est un peu plus large.

- Parfois, j'aimerai n'être qu'un homme. Sans don. Sans pouvoirs. Sans histoire. N'être qu'un anonyme, qu'un innocent, vivre égoïstement mon bonheur avec les miens. Ma vie a commencé tellement rapidement...

Des regrets se profilaient à l'horizon. Non, je ne devais pas regretter. J'étais l'héritage d'une lignée de nobles en voie d'extinction. J'avais tous leurs espoirs entre les mains. Et je ne pouvais me permettre de me résigner ou de fuir. J'allumai une nouvelle cigarette et bois une gorgée de bierraubeurre.

- Vous comprenez pourquoi je suis pessimiste mademoiselle?

_________________
Sir Fitzwilliam D'Arcy.

- Voit au delà des apparences... -

Wait a minute... Gentlemen do not kiss that way !
Oh yes they fuckin' do !


[Allemagne, Schwarzwald, 1970, Alexiane et Fitzwilliam D'Arcy]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luka Van H
7eme Année
avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 18/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Dim 5 Oct - 16:29

Un soupir. Il reflechit un instant. Il semblait ... Assez persuadé que ce que je lui avais dit etait bien. Une bonne idée.

Je lui souris.

- Vous avez raison... Il faudrait que j'en parle au professeur Dumbledore...

- Bonne idée Monsieur. Quel age a t'elle ?

Un soupir. Et voila que nous parlions de destin...

interessant non?

- Si je change mon destin, je risque de mettre énormément de personnes en danger. Et ce n'est pas mon but. Il y a parfois tellement gros sur le tapis pour qu'on se résigne à servir ce destin... Même si je le regrette. Autant avant, cela ne me dérangeait de mourir pour une cause que j'imagine juste. J'étais jeune et déterminé. Mais je n'avais pas découvert ce qu'était vraiment la vie. J'avais l'impression d'être humain. Ce n'était qu'une impression. Je suis en né trois fois. C'est quand même extraordinaire.


Un leger sourire. Je l'ecoute parler... SA vie n'est pas rose. Tant mieux. La mienne ne l'a pas épargné... Tant mieux. Elle ne m'a pas epargné non plus au final.

- Moi c'est 3 fois que je suis morte...

Un triste sourire... Je n'avais pas envie d'en parler... Pas maintenant. Il evoqua ses regrets... Je ne pu m'empecher de penser aux miens.

- Moi aussi j'ai des regrets professeur. J'aurais aimé être... Normale si je peux me permettre cette expression.

Un soupir.

- Mais qu'importe. Il faut vivre avec nos dons, nos passés et nos maledictions n'est ce pas?

Un triste sourire. Je finissais ma bieeraubeure.

- Vous comprenez pourquoi je suis pessimiste mademoiselle?


- Je n'ai jamais dis que je ne vous comprennais pas... Pourtant il vous faut vivre.

Un soupir à nouveau.

- Qu'importe, je ne suis pas la pour vous donner de lecon... Aprés tout je ne suis qu'une pauvre eleve n'est ce pas ? A peine 17 ans et ... Enfin bref...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fitzwilliam D'Arcy
Prof de Divination
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 28/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Dim 5 Oct - 16:59

Luka demanda l'âge de ma fille. Mon sourire s'élargit de nouveau et mon regard s'éclaircit.

- Elle a bientôt 7 ans. Elle s'appelle Toscane, comme la région Italienne. Le sud représentait pour nous la liberté, le soleil et le rêve de fuir cette froide Allemagne séparée en deux parties. L'espoir d'une vie meilleure, loin de la montée des Ténèbres...

Je tirais de ma poche intérieure de costume le portrait un peu froissé par les épreuves du temps de ma fille.

- La voilà...

Je regarde, ému, la petite faire un petit signe vers nous. Des boucles brunes et un regard émeraude.

- Elle avait 3 ans...

Les bougies soufflés dans mon appartement d'une richesse incroyable et terriblement impersonnelle. Ces petits camarades, fils de mes professeurs ou de quelques amis plus âgés que moi. Le regard épanoui de Toscane face à eux, ses cris de joie quand je lui offre un livre de contes illustrés par des graveurs allemands. Puis la fin de la fête, le repas et le départ. Je couche Toscane, embrasse son front qui sent si bon. Deux heures plus tard, j'ouvre doucement la porte. Un rayon de lumière caresse le visage de ma fille, que je trouve baigné de larmes, tandis qu'elle dort en suçant son pouce. Emu, le coeur serré, je m'approche d'elle, doucement. Je m'assied sur le lit, le regard attentif, caressant sa peau, chassant les larmes, dégageant de ses yeux fermés ses cheveux bouclés.

Elle ouvre les yeux. Elle n'a pas peur, elle sait que c'est Papa. Elle se redresse et se jette dans mes bras. Je la serre contre ma poitrine. Elle murmure à mon oreille une phrase que je redoutais tant.

- Maman me manque, Papa...

Je hoche la tête, larmoyant moi aussi.

- Je sais ma puce... A moi aussi...

Elle s'accroche à mes bras et pleure dans ma chemise. Je ne sais que faire. J'attrape ma guitare, toujours posée dans un coin de sa chambre, parce que je lui chantais souvent quelques petites choses...

Doucement, j'instaure un rythme discret, et je chante presque a capella.

- Ne pleure pas petite Sirène, la ville dort encore... Ton histoire commence à peine...

Oui. Elle n'était qu'une page vierge, mais déjà la vie l'avait condamnée. Une lame s'enfonça dans mon coeur jusqu'à la garde.

- ... La nuit est passée toute entière creusée sur mes joues...

Sa naissance. Sa main minuscule dans la mienne. Le regard fatigué d'Alexiane...

- ... Tout le monde a rendez-vous...

Oui. Mais maintenant, il n'y avait plus personne....

Je termine la chanson et repose la guitare. Je la recouche et la borde.

- Dors ma chérie... Demain sera un autre jour...


Comment... Comment avais-je pu l'abandonner pour retourner en Angleterre? Comment pouvais-je prétendre la protéger alors qu'elle était loin de moi? Je devais impérativement faire quelque chose...

Luka évoque elle aussi un pan de son passé qu'elle ne devait pas forcément avouer à tout le monde. Je l'écoute attentivement. Nous étions semblable. Chacun maudit par ce que les autres qualifiaient de don... Je n'étais qu'un Pantin de l'Histoire. Pour elle, je ne savais pas. Je n'avais pas à savoir. Peut-être me le confierait-elle un jour ou l'autre. Ou peut-être pas. C'est à elle d'en décider.

- Qu'importe, je ne suis pas la pour vous donner de lecon... Aprés tout je ne suis qu'une pauvre eleve n'est ce pas ? A peine 17 ans et ... Enfin bref...

Un triste sourire.

- Je reste partisan de la pensée de philosophie archaïque. Vous n'êtes pas mon élève, mais un égal avec qui je discute sur une thèse particulière. Ne vous ai-je pas dit de m'appeler Fitzwilliam? Votre âge n'a pas d'importance, mademoiselle. Tout ce qui compte, c'est votre capacité à prendre du recul et à envisager la réalité.

Je me levai. Je ramassais tout ce qui était sur la table et le fourrais dans les mains de Luka. Vu le regard que je lui lançais, elle n'avait pas le choix. J'allais payer au bar.

- C'était vraiment délicieux. Ce n'était donc pas une blague, cette boisson dont les vertus sont vantées jusqu'à la Forêt noire.

Un sourire.

Nous sortons et je rajuste le col de ma veste.

- Bien, que pouvons nous bien faire? Vous avez faim? J'ai entendu parler d'un merveilleux magasin de confiseries. Honeypukes, je crois... Ou quelque chose comme ça?

Balzano hennit à notre approche.

_________________
Sir Fitzwilliam D'Arcy.

- Voit au delà des apparences... -

Wait a minute... Gentlemen do not kiss that way !
Oh yes they fuckin' do !


[Allemagne, Schwarzwald, 1970, Alexiane et Fitzwilliam D'Arcy]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luka Van H
7eme Année
avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 18/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Dim 5 Oct - 17:52


- Elle a bientôt 7 ans. Elle s'appelle Toscane, comme la région Italienne. Le sud représentait pour nous la liberté, le soleil et le rêve de fuir cette froide Allemagne séparée en deux parties. L'espoir d'une vie meilleure, loin de la montée des Ténèbres...


- Je vois.

Je ne sais pas vraiment quoi lui dire. La vision de sa petite fille m'emeut. Non. Je ne suis pas la reine des glaces sans coeur que tout le monde à l'impression que je suis. Je ... Je n'aime pas les enfants certes, mais je sais ce qu'ils representent dans le coeur des hommes, des guerriers... Ils sont une faiblesse... Mais une fierté aussi.

Il me montre une photo. Jolie petite brune aux yeux emeraudes. Je lui lance un sourire appreciatif, en saisissnt le cadre.

- Elle est belle. Vous avez de quoi être fier d'elle.

Il semble pensif. Comme se rememorant des soucenirs perdus... Comme regrettant son passé...
Un soupir.

Moi. Je repense au mien. A mon enfance au chateau... Aux cris que j'entendais la nuit. A cette jeune fille... A sa mort... A ma propre mort orchestrée par mes soins... A ma rencontre avec Alice. Mes 15 ans... Les 2 étés merveilleux que j'avais passé jusqu'a lors.
Je me souviens des soirées que je passais a ecrire. Et a lui lire aprés...

Un soupir. Comme un frisson.

- Il est dur de se debarasser des souvenirs n'est ce pas?

Mon regard est triste et mes yeux bleus oceans... L'ocean de tristesse que je porte en moi n'est ce pas... Aujourd'hui j'ai de la chance. Ils n'ont pas le sombre de ma culpabilité.

J'evoque du bout des doigts ma malediction. Je ne peux pas lui en parler. Peu sont au courant. Alice. Bien sur. Bellatrix un peu... Et le professeur Øyvind, sait que je pratique l'ancienne magie. Mais ce sont les regles. Personne ne doit savoir. Si cela se savait... ... Non. Je ne preferais meme pas y penser.

- Je reste partisan de la pensée de philosophie archaïque. Vous n'êtes pas mon élève, mais un égal avec qui je discute sur une thèse particulière. Ne vous ai-je pas dit de m'appeler Fitzwilliam? Votre âge n'a pas d'importance, mademoiselle. Tout ce qui compte, c'est votre capacité à prendre du recul et à envisager la réalité.


- Je vois monsieur. Je vois. Je vous en remercie Fitzwilliam... et en effet il ne faut pas se fier a l'age.... Ou du moins a l'apparence... Je pourrais trés bien être une vieille enchanteresse ayant vécu la guerre de Troie ? Non ?

Aherm. Mon humour etait vraiment à verfier... Et a modifier.

Un soupir. Il insiste pour payer. Je ne dis mot.

- C'était vraiment délicieux. Ce n'était donc pas une blague, cette boisson dont les vertus sont vantées jusqu'à la Forêt noire.


Un sourire.

Nous sortons. L'air est assez frais. Mes yeux repprenent une couleur cendrée. Comme mes ancetres... Ou presque. Je recuperre une echarpe dans mon sac et la noue de facon sympathique.

- Bien, que pouvons nous bien faire? Vous avez faim? J'ai entendu parler d'un merveilleux magasin de confiseries. Honeypukes, je crois... Ou quelque chose comme ça?

Je reflechis un instant alors qu'il s'approche de son cheval.

- Je n'ai pas trés faim , merci. Et il faudrait que je ne tarde pas à rentrer au chateau, j'ai un devoir de runes a preparer pour demain.

Un triste sourire de ma part.

- Mais je vous accompagne un temps à Honeydukes si vous le desirez.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fitzwilliam D'Arcy
Prof de Divination
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 28/09/2008

MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   Mar 28 Oct - 2:42

Je sonde un instant ses yeux. Bien sûr, je suis incapable de lire dans ses pensées, je suis prof de philo, pas un legilimens. Mais je devine dans le reflet de ses pupilles une certaine douleur, quelque chose qui la hante et qui ne la lâchera pas. Je comprends à mi-mots ce qu'elle évoque. Je soupire. C'était triste d'envisager qu'une femme si jeune avait déjà un poids sur les épaules. Pendant un instant, j'imaginai qu'elle n'était pas ce qu'elle était. Elle pourrait vivre librement, heureuse, loin de tout ça et des fantômes qui la bouffaient. Mais malheureusement, parfois, on n'a pas le choix. Je baissai la tête.

- C'est dur d'oublier, c'est dur de vivre avec... Rien n'est simple, mais telle est la vie. Imaginez, que la vie soit facile, douce et assurée. Que la maladie n'existe pas, que la rancune, la haine et la colère ne rongent pas les hommes... Que ferions nous? Nous ne nous questionnerions pas quant à l'environnement et aux problèmes qu'il nous pose. Mais bon, qu'importe, n'est-ce pas?

Je marquai une pause. Je la regardai et me mordillai la lèvre.

J'ouvris la bouche pour avancer quelques paroles. Me retins un instant. Cherchai mes mots.

- Vous... Vous ne devriez pas souffrir du passé, mademoiselle. Vous ne le méritez pas.

Aïe, c'était mauvais, maladroit. Je détournai les yeux.

Nous nous levons et elle accepte que je paye. Et toc ! Un point pour le vieux Fitzie.

Je me couvre et remonte le col de ma veste, pour couvrir ma gorge. Je détache le cheval et lui fais signe de nous suivre.

- N'attrappez pas froid, Luka.

Un bref sourire. Je flattai l'encolure de Balzano.

- Vous voulez que je vous prenne votre sac?

Elle avait un devoir à préparer. Il nous faudrait nous séparer. Dommage. Un soupire.

- Bien, si je peux vous être utile, notamment au niveau de la logistique, vous me faites signe, je vous donnerai mon coursier et je rentrerai à pied.

J'allume une cigarette et nous commençons notre trajet jusqu'au magasin de confiserie.

- Vous voyez, au lieu de donner des points, je donnerai des bonbons.

Un clin d'oeil à la jeune femme. Non, les périodes de fêtes approchaient, et il fallait que je sois paré à toute éventualité.

- Je rigole, bien sûr. Il faut bien que je récompense de temps à autres les excellents éléments.

Quelques pas, songeurs. Balzano était calme, le souffle chaud de ses naseaux me réchauffait le dos. Nous arrivons devant le magasin. Pas d'anneau d'acier pour le cheval. Je me retourne vers lui, inquisiteur.

- Balzano, je te laisse te gérer tout seul. Pas de bêtise, sinon je te ramène pas de chocogrenouilles.

Le cheval baissa les oreilles et ronfla, me certifiant de sa bonne conduite. Nous entrons et mon regard se perd dans les merveilles qu'expose Honeydukes.

- Dites, Luka, qu'est-ce que ceci?

Je ne connaissais pas grand chose des confiseries, et j'étais comme un gamin devant ses cadeaux de noel. Et paf, 10 ans de moins, ça faisait du bien.

_________________
Sir Fitzwilliam D'Arcy.

- Voit au delà des apparences... -

Wait a minute... Gentlemen do not kiss that way !
Oh yes they fuckin' do !


[Allemagne, Schwarzwald, 1970, Alexiane et Fitzwilliam D'Arcy]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: In your eyes there is no hope for tomorrow....   

Revenir en haut Aller en bas
 
In your eyes there is no hope for tomorrow....
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» • I hope that tomorrow will be better
» hayley marshall ? my dream is only on your eyes, my sweet, my hope.
» Elyass ? Learn from yesterday, live for today, hope for tomorrow.
» Keep Hope, de Baby Angel et Cat's Eyes
» Summer Davis - Devil behind blue eyes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Draco Dormiens... Nunquam titillandus :: Pré-Au-Lard :: Les Rues-
Sauter vers: